Étude

Évaluation de l'impact de la pratique spéléologique sur les eaux souterraines captée

La pratique de la spéléologie amène à mettre directement en contact les spéléologues avec l’aquifère karstique, notamment dans les réseaux actifs en rapport direct avec une source captée ou un forage A.E.P. La réglementation en vigueur en France et les attendus de la Directive Cadre Européenne sur l’Eau imposent des normes de potabilité et de protection des captages de plus en plus drastiques, peu compatibles avec la nature même des aquifères karstiques, souvent peu filtrants.

Des conflits d'usage apparaissent de plus en plus fréquemment entre les spéléologues et les exploitants de la ressource : collectivités ou sociétés concessionnaires.
Ces situations débouchent souvent sur une interdiction de pratique, alors que l'exploration spéléologique est la plupart du temps à l'origine de ce captage.

Face à cette situation, la FFS a demandé au laboratoire EDYTEM de l'université de Savoie de réaliser une étude d'impact quant aux conséquences la pratique spéléologique dans la proximité d'un captage pour l'alimentation en eau potable.

Cette étude réalisée en Savoie et dans le Vercors dromois a permis de dégager un outil méthodologique désigné par le sigle PEIPSEK qui permet de réaliser une étude objective de l'impact de la pratique spéléologique sur le site.

D'autre part, des recommandations ont pu être établies afin d'aider les structures spéléologiques à gérer avec les exploitants du captage les modalités de la pratique spéléologique.
Vous les trouverez présentées dans ce document.
L'étude complète est disponible ici (Attention : 3.5 Mo).